A la Une

SÉGAL’ARTS 2020 REPORTÉ
C’est le cœur gros que nous vous annonçons que la 16ème édition du festival Ségal’Arts qui devait avoir lieu du 31 juillet au 2 août est reportée du 30 juillet au 1er août 2021.
Lire la suite En savoir plus
Compte-Rendu du Conseil Municipal du 26 Juin 2020

Lire la suite En savoir plus

Compte-Rendu du Conseil Municipal du 26 Mai 2020
PROCES – VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL du 26 Mai 2020
Lire la suite En savoir plus


Vidéo
Fête Votive 2019 Prendeignes
https://youtu.be/7pgYIOZGmuE
Lire la suite En savoir plus

Ségal’Arts 2019 Prendeignes
https://youtu.be/YEXHl7c0-gQ
Lire la suite En savoir plus

REPORTAGE MON PLUS BEAU VILLAGE 2018
https://youtu.be/fG4bL79x_xE
Lire la suite En savoir plus

Actualité Pour découvrir tous les grands sites de MIDI-PYRÉNÉES
Visiter ce site

Les chantiers citoyens de l’association DECLAM’
Visiter ce site

Grand Figeac
Visiter ce site





Le Lavoir
Version imprimable de cet article Version imprimable

Petite histoire du lavoir communal du bourg de Prendeignes.

Souvenirs des habitants

Son implantation, en contrebas du bourg, dans une zone irriguée par des nombreuses sources date des années 1920.

Auparavant, chaque famille allait laver son linge, sur de grosses pierres, dans divers étangs autour du bourg. Et de temps à autre, à la rivière pour les grosses lessives ou le traitement de la laine.

Il a pris la place d’un ancien abreuvoir. A ce moment-là, existait un partage de l’eau pour l’irrigation entre les familles Daymond, Lacombe et Latapie, propriétaires des prairies avoisinantes.

A la famille de l’ancien maire Lacombe a succédé la famille Estival Jean ; à la famille Latapie : la famille Souiry.

Sa construction a été décidée par la commune malgré les réserves d’une personne qui avertissait que "l’eau ne monterait pas". Il était alors entièrement couvert.

Malheureusement, malgré les nombreux travaux d’étanchéité,et comme l’avait prédit notre habitant, il fut impossible de créer une réserve d’eau importante.

JPG - 85.8 ko
lavoir

En 1948 ou 1950, des vaches attelées à un tombereau, s’échappèrent pour aller s’abreuver, accrochèrent un pilier et la toiture s’effondra. La commune paya les réparations, le propriétaire de l’attelage fournit le chêne pour refaire la charpente. Et à la demande des utilisateurs, il fut décidé de ne couvrir que la moitié de ce lavoir.

Son aventure s’arrêta progressivement avec l’arrivée des machines à laver, vers les années 60. Certes, des bêtes continuaient à venir y boire ; il restait un lieu de jeux,un peu à l’écart, pour les enfants. Le bâtiment, inutilisé, se dégrada progressivement malgré les efforts fournis par les uns et les autres pour maintenir une certaine propreté de l’eau et contenir le caractère envahissant de la végétation.

Mais ce lavoir, qui fut pour les lavandières du bourg un lieu de travail et de rencontres va renaître grâce à une association qui se propose de le réhabiliter.

Ainsi, sera préservé un lieu fort de notre passé.